Moi aussi, j'y suis allée

Même si le pays basque et la côte basque sont merveilleux, j'ai plaisir à partir en vadrouille dès que c'est possible, alors venez avec moi! Blog de Cécile Thomas.

08 avril 2008

Le château d'Ilbarritz

Chateau_Ilbarritz_32

Lorsque l'on va à Biarritz ou à St Jean de Luz, en passant par le golf de Bidart, on ne peut qu'être subjugué par une fantastique demeure qui se dresse face à l'Océan, il s'agit du Château d'Ilbarritz. Son histoire est fascinante et suscite la curiosité d'un important nombre de locaux, comme de touristes. Son histoire est retracée dans un excellent livre de Christophe LURASCHI, aux éditions Atlantica, intitulé "Albert de l'Espée". L'auteur propose ici une biographie de l'ancien propriétaire du Château, ainsi qu'une grande partie consacrée à ses différentes propriétés.

LE PROPRIETAIRE DU CHATEAU : LE BARON ALBERT DE L'ESPEE

Tout commence en Lorraine au début du XVIIIs (1704), quand Jean-Martin de Wendel acheta les forges de la Rodolphe et devint premier maître de forges de la famille. Le grand-père maternel d'Albert était un proche collaborateur de la puissante famille Wendel. Au décès de François de Wendel en 1825, Madame de Wendel proposa donc au grand-père maternel d'Albert la direction des forges et lui offrit sa fille ainée en mariage. Ce mariage était pour lui une véritable bénédiction : posséder les usines les plus modernes de France, produire près de 30 000 tonnes de fontes/an et 20 000 tonnes de fer et une croissance grandissante.

Le père d'Albert est issu d'une famille plus militaire qu'industrielle et de baronnie féodale. Son mariage avec la petite-fille de François de Wendel en 1851 sera un mariage d'amour d'où naîtront 3 enfants :

1. Albert (1852-1917): garçon précoce, curieux et seul, passionné de piano et de géographie.

2. Alice (1853-1921), fera un bon mariage.

3. Edouard (1855-1910); fils posthume qui héritera du nom du père, décédé suite à une chute de cheval - à 35 ans, 2 jours avant la naissance de son cadet. Fera une carrière militaire.

La mère d'Albert (Marie) est inconsolable et diffuse son amour à ses enfants avec parcimonie. Albert n'est pas très proche d'Alice et Edouard, pas plus que de ses cousins. C'est un solitaire, atteint d'une bronchite chronique suite à un mauvais coup de froid qui le condamne à une vie sans effort et un changement climatique saisonnier (la campagne l'été - le soleil l'hiver!). Hypocondriaque névrosé, la mort lui faisant peur, il deviendra obsédé par l'humidité, la poussière, la pollen et certains textiles -terrorisant bien des domestiques. Il ne s'habille qu'en flanelle et soie.  Pour soulager le mal qui ronge Albert, sa mère l'emmène passer l'hiver à Cannes et finit par y acheter une demeure qu'Albert gardera jusqu'à sa mort.

Même si Albert n'alla ni à Polytechnique, ni à St-Cyr, il est un excellent ingénieur, architecte et se passionnera pour ses projets de rénovations et de constructions. Dans toutes les demeures qu'il habita, il sut utiliser les progrès de l'époque pour aménager son cadre de vie et protéger sa santé. Tout cela n'aurait été possible, sans la rente mensuelle versée par ses parts Wendel!

En 1883, il épouse Delphine de Bongars, originaire de Bretagne, de 11 ans sa cadette. Comme à son habitude, il part fréquemment seul dans l'une de ses résidences (les Esterels, Antibes, Alpes maritimes), laissant Delphine à Paris. René naît en 1890 et Albert ne change pas ses habitudes de célibataire et délaisse sa famille.

Num_riser0002Fin 1890, il rencontre une actrice d'opérette à Paris, Biana Duhamel (photo extraite du livre de C. Luraschi), il est charmé, la romance dura 8 ans. Parmi les extravagances du baron, notons qu'il fit construire une demeure, en contrebas de son château d'Ilbarritz, à sa maîtresse "la villa des Sables" nichée à côté du Blue Cargo et se plaisait à ne la voir que selon son bon vouloir qu'il manifestait en hissant un drapeau, 2 serviteurs allaient alors la chercher. Dans sa cage dorée, Biana s'échappait parfois et partait jouer au casino de Biarritz.

SON GRAND AMOUR: L'ORGUE

Num_riser0003Sa première rencontre avec un orgue remonte en 1869, Albert était alors invité chez le marquis de Gerbévillier qui venait de faire installer un orgue Cavaillé-Coll, après avoir été impressionné par le concert, il joua, fut séduit et déterminé à posséder un jour un tel instrument!

Il acquiert son premier orgue en 1880, commandé à Cavaillé-Coll et installé dans le château d'Antibes de sa mère.

Il adore jouer du Richard Wagner ou du César Franck, sur son orgue du château d'Ilbarritz (photo extraite du livre de C. Luraschi) et en particulier, les soirs de tempête!

L'HISTOIRE DE CE CHATEAU D'ILBARRITZ

L'automne 1889 marque le 1er séjour sur la côte basque qui se répétera 1 an après avec pour dessein l'achat d'un terrain ou d'une demeure. En 1893, il choisit le site préservé et sauvage d'Ilbarritz et acheta 60 ha à ni plus ni moins de 30 propriétaires! Il fit construire son château en fonction de l'orgue qu'il avait commandé à Cavaillé-Coll.

La première pierre fut posée en 1894. 2ans plus tard, le baron emménagea dans le 1er bâtiment terminé (actuel restaurant Blue Cargo). Le château est terminé en 1897, l’orgue trône dans une pièce de 2 étages!!

Après sa rupture avec Biana en 1898, il décida de vendre sa propriété sans grand succès. Il y revint en 1902 pour jouer une dernière fois sur son orgue avant de le vendre (actuellement dans la basilique du Sacré Coeur de Paris).

Num_riser0001

Château en 1898 (photo extraite du livre de C. Luraschi)

LES ORIGINALITES DU CHATEAU

  • 7 cuisines disséminées sur ses terres pour que n’importe où et à n’importe quelle heure du jour et de la nuit un repas chaud soit prêt

  • un pavillon chinois

  • un château médiéval

  • une grotte

  • un puits…

  • 4 km de chemins couverts (protections contre les intempéries) sillonnent la propriété

  • l’eau de pluie était collectée dans un réservoir de 166 m3

  • 9 salles-à-manger réparties parmi les différents édifices

  • chaque porte était doublée d’une autre porte pour éviter les courants d’air

  • chaque pièce avait un thermomètre pour que le baron puisse contrôler la température.

  • bois précieux de Norvège, de Hongrie

  • cheminée en marbre
  • pas de tapis, pas de rideaux ni de mobilier décoratif

  • 2 piscines intérieures de 2800m3 chacune, et en marbre!

  • toit composé de 5 couvertures : chêne, zinc, plaques de grès vitrifiées,amiante et tuiles plates

  • toutes les terrasses sont bitumées, revêtues d'une chape de plomb puis recouvertes d'un carrelage céramique.

  • le décor des pièces est un mélange de bois rares, de marbres polychromes et de grands miroirs

  • forme en T dont la barre horizontale est la salle d'orgue, face à l'Océan.

Chateau_d_Ilbarritz2

En 1906, il rencontre une jolie autrichienne et décide de revenir à Ilbarritz. Il y installe un nouvel orgue Mutin, plus petit.

Il se lasse de sa nouvelle compagne en 1910 et remet son domaine à la vente. Le propriétaire de la villa des Sables, Mr Gheusi, directeur de l'Opéra Comique de Paris acheta le château et y organisa de nombreux concerts.

Pendant la Première Guerre Mondiale: le château se transforme en hôpital.

En 1923, le domaine n'a conservé aucune de ses dépendances.

De 1936 à 1939 : des réfugiés espagnols y furent logés par la mairie de Bidart.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale : les soldats allemands y installèrent leur QG.

Tout est pillé quand, en 1958, Mr & Mme Massiaux l'achetèrent et le transformèrent en hôtel pendant 25 ans sur seulement 3 ha.

En 1990, le château est classé à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Posté par cecile64pb à 21:15 - Pays basque au quotidien - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    superbe l'histoire du château !!

    Impressionant l'article...complèt, précis...
    J'aime beaucoup la région aussi, si vous voulez je vous invite à consulter mon blog qui peut-être vous interessera...
    Cordialement,
    M.

    http://horsdutemps.blogspot.com/

    Posté par Manou, 06 novembre 2008 à 01:23
  • Juste pour vous souhaiter une bonne année...et de beaux paysages à découvrir.
    Magnifique le Pays Basque sous la neige, non ? et les plages des Landes façon sibérie ?
    A bientôt,
    Emmanuel

    Posté par Manou Miramar, 12 janvier 2009 à 17:11
  • Châteaux de l'Espée dans le Morbihan

    A Saint - Avé ( 56890 ) Morbihan , existe un château ayant appartenu a la Baronne Albert de L'Espée .
    Possédant des cartes-postales de ce château avec signature de la Baronne , je recherche l'histoire de ce château et de la vie de la Baronne à St Avé

    Télémaque 56

    Posté par Télémaque 56, 21 février 2010 à 19:26
  • chateaux et villas

    recherche cartes-postales des chateaux et villas du Baron Albert de L'espée .
    Faire propositions voir : "email " Merci .

    Posté par Télémaque 56, 22 avril 2010 à 10:56
  • chateau d illbaritz

    Magnifique l histoire du château. De 1978 a 1983, tous les ans, j y venais en colonie avec le travail de mon père pendant un mois. Je m en souviens comme hier. J adorais y venir, j en ai de magnifiques souvenirs, la piscine, la grande salle de réception ou l on jouait des pièces de théâtres, le chemin pour descendre a la plage, l odeur des pins. Que de souvenir j avais 8 ans la 1er fois et 13 ans la dernière fois. Après il a été vendu et plus jamais je ne l ai revu.....

    Posté par verton45., 04 juillet 2014 à 18:37

Poster un commentaire